Dépression et Shiatsu

Retour page précédente : cliquez ici


En quoi le shiatsu peut-il nous faire du bien lors d’une dépression ?

Le toucher shiatsu est un médiateur essentiel pour nous aider à retrouver les sensations et perceptions qui nous font nous sentir vivants et qui ont tendance à s’émousser voire à temporairement disparaître en période de dépression, d’où ce sentiment de ne plus sentir la vie, de ne pouvoir y répondre faute d’être en contact avec elles. Grâce au shiatsu, nous nous reconnectons avec la Vie.

Le toucher shiatsu a ceci de particulier qu’il nous touche en profondeur. Il permet de reprendre conscience de notre Être et de saisir l’état de dépression pour ce qu’il est réellement : un état transitoire, se manifestant le plus souvent lorsque nous nous coupons de notre puissance réalisatrice pour des raisons variables et propres à chacun, à tel moment de sa vie.

Enfin, le shiatsu, réconfortant, sécurisant, dynamise la capacité de l’organisme à se rétablir, à s’équilibrer au plan des énergies comme de son fonctionnement général. Nous pouvons retrouver un meilleur dynamisme tant physique que mental, un confort psychologique et émotionnel appréciable.

Le Shiatsu nous aide peu à peu à reprendre goût à la vie.

Ce n’est pas un coup de baguette magique.
Les médicaments restent indispensables pour certaines personnes dans certaines situations que seul le médecin est à même de discuter avec vous.
Cela étant, j’accueille de nombreuses personnes qui font appel au shiatsu dans l’espoir d’éviter les médicaments. La démarche connaît un succès rapide pour certaines, plus lent à se manifester pour d’autres, et qui reste complémentaire des médicaments pour d’autres au moins pendant un premier temps.
La fréquence des séances est propre à chacun. Le traitement s’inscrit dans la durée pour un résultat stable et profond ; la régularité sera un atout majeur pour sortir véritablement équilibré.


                                                                                                                                               Muret, le 6 Novembre 2013