Devenir un praticien Shiatsu

Retour articles et videos : cliquez ici


Devenir un praticien Shiatsu ... et le rester /1

Tout frais sorti de l’école, le certificat de praticien en poche, il ne nous reste plus qu’à développer une clientèle dans l’espoir un jour peut-être de vivre du Shiatsu. Sans cet espoir nous n’aurions pas le cran de nous positionner sur le marché du travail et de persévérer en dépit de tous les obstacles qui ne manqueront pas de mettre notre motivation à l’épreuve. Obstacles multiples et, pour nombre d’aspirants praticiens, d’abord économiques car il faut compter de 3 à 5 ans de travail assidu et peu rémunérateur pour poser les bases fiables d’une activité dite professionnelle.

Pendant ces premières années, les compétences « secondaires » du métier seront indispensables à notre réussite : marketing (conception de supports de communication sur papier et sur internet, connaissance de notre environnement immédiat, partenaires, confrères …), sens de l’accueil téléphonique, visuel et virtuel ce qui sous entend les capacités minimum d’écoute et de rédaction de qualité…, pro-activité pour créer son réseau professionnel ...

La démarche commerciale sera menée de front avec :

-    l’activité centrale du métier : monter sa clientèle et la fidéliser dans le but de générer un bouche à oreille positif à notre égard
-    la conduite régulière quotidienne de pratiques personnelles pour construire la force, l’ancrage, l’équilibre intérieur indispensables à l’activité du thérapeute shiatsu
-    le renforcement de notre formation initiale, en continu (lectures, stages, formations…)
-    les échanges de pratique et les temps d’étude avec nos pairs
-    le travail sur soi en présence d’un superviseur, d’un thérapeute, d’un guide … au choix selon les étapes et le parcours de chacun
-    le passage par les mains d’un professionnel du Shiatsu plus avancé que nous, pour prendre soin de notre propre santé mais aussi pour poursuivre notre apprentissage du métier (équivalent de la supervision des psychologues et autres métier d’aide)

L’emploi du temps est rempli ?
J’ai oublié :

-    l’apprentissage des connaissances minimum dans le champ comptable et juridique pour exercer notre métier en toute quiétude
-    la vie personnelle et familiale
-    etc …

Je suis sûre que vous avez des idées !

Et tout du long, le gros morceau consistera à garder la distance nécessaire avec notre pratique pour faire évoluer notre posture de praticien et apprendre à chaque séance au moins une chose !

Plusieurs facettes à notre travail :

Offrir un service efficace et de qualité au client qui jugera très vite si tel est ou non le cas pour lui.

Offrir la même qualité d’accueil et de soin à tous les clients quels que soient :
-    le degré d’affinité relationnelle mutuelle spontanée
-    la nature de leur demande (bien-être, thérapeutique, ponctuelle…) et de leur intérêt pour le service (touriste, convaincu, sceptique, zappeur nomade, fidèle, éternel retardataire …)

Garder un œil attentif et « critique » sur notre pratique pour lui donner une chance de progresser du niveau débutant, vers celui du bon ouvrier puis du technicien confirmé et jusqu’au niveau de l’artiste qui maîtrise son art.

Traquer sans indulgence la paresse d’esprit qui nous conduirait sans faille à la routine mécanique, donc à la stagnation dans notre cheminement professionnel, à l’ennui intérieur, et à terme à l’assèchement de notre clientèle.

Même sans aller jusqu’à laisser les gestes les plus élémentaires de sa pratique Shiatsu se vider de toute présence intérieure, même sans agir comme l’un de ces robots de massage en vente sur le marché, il est facile de se faire piéger et d’offrir, sans en être tout de suite conscient, un service de qualité moyenne, et pire de s’en satisfaire. Un seul remède à cette pente savonneuse sur laquelle peut nous pousser notre ego : la vigilance intérieure, le refus d’auto-complaisance, le sens critique suffisamment aiguisé pour ne pas s’auto-illusionner.
Nous pouvons faire confiance à la vie qui ne manque pas de ressources et se charge de nous réveiller à point nommé !



Muret, Sep 2010

Retour articles et videos : cliquez ici