Etre là pour soi

Retour page précédente : cliquez ici


Le symptôme peut-il être une voie d’accès à la connaissance de soi ? Si oui comment y accéder ? Je vais vous parler aujourd’hui d’une expérience simple dont j’ai été l’heureuse bénéficiaire.

Depuis quelque temps, une douleur profonde et lancinante se manifeste parfois dans mes hanches au réveil. Immédiatement, le mental se met en action, cherchant à mettre un nom sur le phénomène. L’inscription rapide du mot « rhumatisme » suivi de quelques points d’interrogation et d’exclamation  sur l’écran intérieur, réveille au passage des émotions. La peur ... de la douleur, qui s’accompagne promptement d’une forme de refus, de révolte ... la marque du vieillissement ... ah déjà ? A mon âge ?

Et le carnaval est lancé ...

Mais il faut bien se lever aujourd’hui et s’occuper du quotidien ... d’ailleurs en bougeant la douleur disparaît rapidement. Avec une petite dose de déni et d’oubli ... tout ira bien ... jusqu’à la prochaine fois où la douleur montrera de nouveau le bout de son nez. D’ici là j’aurai bien eu une idée des plantes, ou compléments alimentaires ou ... pourquoi pas un peu d’homéo ... qui pourraient m’être utiles.

Dans un cas similaire en effet, nous pouvons zapper et nous occuper d’autre chose et/ou nous mobiliser en vue de l’action, tout plutôt que souffrir ou subir : il y a un problème, trouvons lui sa solution.

 

Mais ce matin-là, ni l’une ni l’autre attitude ne me satisfait. Ce matin-là je m’adresse à mon corps lui demandant de m’apprendre sur le phénomène en cours. Quelles sont les causes véritables de cette douleur ? Au lieu de focaliser mon esprit sur la douleur et la zone qu’elle affecte, je choisis l’option « grand angle intérieur » pour capter la globalité du corps. Et j’écoute, tout simplement, l’esprit ouvert, détendu.

Je me sens en état de réceptivité et d’accueil. Très vite je reçois !

 A ce moment en quelques secondes, je ressens alors la connexion de la douleur des hanches avec d’autres éléments du bassin, et un mouvement de rééquilibrage s’enclenche sans aucune intervention active de ma part. Un peu comme pendant une séance de shiatsu, d’ostéopathie ou toute autre thérapie manuelle en fait. Cher grand angle ...

Le bassin dans sa globalité trouve une autre « statique » et la douleur, simultanément, diminue de manière notable. L’information « posture » m’arrive et je comprends alors comme une évidence que c’est là une des causes des douleurs. Une « mauvaise » posture habituelle. Je ressens en effet les effets du rééquilibrage du bassin jusqu’aux pieds d’un côté, jusque dans le cou et les os du crâne de l’autre. Passionnant et ce n’est pas terminé !

 La séance continue. Je ressens d’un coup une détente dans les deux plis de l’aine qui se relâchent soudainement et une deuxième information me parvient dans le même temps :  "fermeture des aines", blocage suffisant pour entraver la circulation énergétique et contribuer à la manifestation de la douleur dans les deux hanches. La douleur est maintenant complètement partie.

 

Quelques instants au fond de mon lit douillet. Quelques instants de véritable présence à soi ont suffi. Je me sens dans le même temps, comblée, heureuse, légère, pleine d’entrain mais aussi de gratitude pour le cadeau que je viens de recevoir.

Le genre de cadeau profondément revitalisant tout autant pour le corps que pour l’esprit. Cette leçon est à mon sens magistrale car elle est vitale. Il s’agit de connaissance intérieure et de compréhension de la vie. Humblement, je reconnais la capacité d’auto guérison du corps, en pleine action.

Depuis, les douleurs qui n’étaient pas systématiques ne se sont pas représentées. L’avenir dira s’il est besoin d’apprendre quelque chose d’autre à ce sujet. Leur absence prolongée indiquant que tout va bien de ce côté. L’important, d’ailleurs, n’étant  pas qu’elles reviennent ou non.

 

L’essentiel étant plutôt, à mon sens, de savoir accueillir les symptômes pour ce qu’ils sont : des supports pédagogiques et non pas des ennemis à combattre.

Le mental fait avec, combat, trouve des solutions plus ou moins acceptables et efficaces.

L’esprit ouvert et réceptif nous permet de développer la capacité d’Être en amitié, en paix, avec ce qui est, ce qui semble être une clé majeure de transformation, y compris des symptômes.

Alors, à vos grands angles pour de belles découvertes et d’heureuses transformations intérieures !

 

Muret, Octobre 2011

Retour page précédente : cliquez ici