Makkho-Ho : Art de santé

 Retour articles et videos : cliquez ici


Les Makkho-Ho sont une façon d’étirer les Méridiens d’Acupuncture pour les mettre en ouverture, les activer, les faire vibrer comme on le fait des cordes d’un instrument de musique.

Se représenter un Méridien comme une ligne, un fil, une corde est très approximatif même si cela est bien pratique ponctuellement au début de l’apprentissage, pour se familiariser avec les territoires respectifs des Méridiens ; il vaut cependant mieux se libérer rapidement de cette représentation, ne pas s’attarder sur une vision statique et par là réductrice pour l’explorateur qui entreprend le voyage de découverte intérieure. Le trajet d’un Méridien n’est rien à lui seul. On peut dire qu’il dort ou est en veille. Pour qu’il exprime sa fonction au maximum de son potentiel, il faut entrer en communication avec lui comme le musicien le fait avec son instrument qui alors, se révèle vraiment ; et plus l’artiste est talentueux, inspiré, plus sa musique reflète à la fois son âme et celle de son instrument.

 

La pratique des Makkho-Ho, comme du Do-In dont ils font partie, est un Art de santé et de longévité en bonne santé. Pour devenir artiste en la matière, processus certainement infini, nous devons développer à la fois notre savoir-faire et notre savoir-être dans la pratique.

 

Côté technique : pendant les étirements de Méridiens, nous aiguisons notre capacité à percevoir notre espace intérieur global en 3 dimensions. Sans nous focaliser sur les lignes de tension qui ne manqueront pas d’apparaitre lors des exercices, nous prenons soin au contraire de les garder intégrées, inscrites dans le paysage total du corps entier et en interaction mutuelle avec cette globalité.

 

Le focus de notre regard intérieur est large comme celui d’un objectif grand angle. Même si passagèrement au motif de notre étude, il peut se rapprocher tel un zoom pour isoler le trajet du Méridien sur un fond d’image qui devient presque flou.

Il sera d’ailleurs intéressant de noter la différence de sensation, voire d’état intérieur qui se produit lorsque  le regard passe du grand angle au zoom et réciproquement.                                              

 

Mettons-nous donc à l’écoute des perceptions multiples qui naissent dans le corps lorsqu’on passe successivement dans les postures spécifiques de chaque Méridien.

 

Ecouter le corps, sensations et vibrations successives émises lors des postures mais aussi dans les intermèdes, entrée/sortie des postures et temps de pause entre chaque.

 

Les sensations peuvent être perçues à différents niveaux :

Physique : tremblements, suée, frissons…

Kinesthésique : se sentir plus léger/plus lourd, plus grand/plus petit, plus large/plus étroit…

Respiratoire : accélération/ralentissement, apnée, approfondissement, amplification

Climatique : chaleur, fraicheur …

Dynamique : dynamisation/apaisement, relâchement/tonus

Emotionnel : plaisir, tension intérieure, tristesse, colère, inquiétude …

Mental : agitation, apaisement, concentration, dispersion, focalisation, élargissement

Energétique (ou encore vibratoire) : comment mettre des mots sur de telles manifestations sans être réducteur ni sans influencer l’expérience intime d’autrui ?  en tout cas lorsque le corps entier vibre sous l’effet de la mise en résonnance du Méridien, l’image qui m’est venue et que je vous propose ici c’est celle de la résonnance musicale qui emplit l’espace du lieu où l’instrument y est joué.

 

Sachons accueillir l’ensemble des différents phénomènes qui nous animent et dont aucun n’est inquiétant ou perturbant en soi. Tous sont des manifestations de l’activité énergétique des Méridiens dont le rééquilibrage tient essentiellement à la prise de conscience, à la co-naissance de leur état et de leur activité.

Tout est en perpétuel changement. La pratique des étirements de Méridiens est une occasion unique d’accueillir chaque jour ce changement incessant créé en nous du fait d’être en vie.

 

L’efficacité des étirements de Méridiens tient en premier lieu au fait de ne pas forcer sur les structures corporelles physiques (articulations, tendons, muscles …). Il ne s’agit pas, vous l’avez compris de repousser les limites des nos possibilités en termes de souplesse ou toute autre performance par exemple. Ceci est complètement hors sujet dans la pratique d’étirement des Méridiens. Ne serait-ce que parce qu’un étirement trop poussé sollicite l’énergie à l’excès ou en d’autres termes, épuise le Qi, abîme le corps, accélère le vieillissement, renforce l’emprise du mental sur le corps etc ... pour ne citer que les principaux des désagréments qu’une telle pratique ne manquerait pas de générer à long terme et qui sont à l’opposé du but recherché et de l’esprit avec lequel s’entrainer.

 

Un temps d’apprentissage plus ou moins long peut-être nécessaire pour simplement être à même de maintenir une attention détendue avec la perception du corps entier à chaque instant.

De jour en jour, on se rend compte des obstacles, des erreurs de pratique (méthodes ou approches du corps qui ne nous mènent nulle part) mais aussi des points faciles et moins faciles en fonction de notre état énergétique.

Connaissance de soi de laquelle découle un meilleur équilibre intérieur.

Muret, Mai 2011


Retour articles et videos : cliquez ici